Comment vaincre la peur de vivre en maison de retraite ?

thumbnail

L’entrée en maison de retraite peut être vécue comme un moment de grande angoisse pour les personnes en perte d’autonomie. De nombreuses questions se posent : vais-je me retrouver tout seul ? Vais-je perdre mon indépendance ? Va-t-on s’occuper correctement de moi ? Découvrez quatre conseils pour rassurer votre proche qui a peur de vivre en maison de retraite.

La crainte de perdre son indépendance

De nombreux seniors ne peuvent plus vivre chez eux pour des questions de santé, mais souhaitent quand même rester libres de leurs mouvements. En entrant dans une maison de retraite à Marseille, ils peuvent craindre d’être privés de leur indépendance. Mais il existe aujourd’hui de nombreuses formes d’hébergement adaptées aux besoins de chacun.

Si l’on pense immédiatement aux Ehpad, les seniors plus dynamiques peuvent s’installer dans une résidence avec services ou une résidence pour personnes âgées, vivre dans une famille d’accueil ou dans une maison d’accueil et de résidence pour l’autonomie (Marpa). La maison de retraite au sens large n’est plus un mouroir, mais une unité de vie.

La peur de l’ennui

Pour des personnes auparavant actives, il peut être angoissant de se retrouver « enfermées ». Pourtant, le personnel des maisons de retraite de Toulouse, par exemple, propose de nombreuses activités aux résidents. Des ateliers d’entretien de la mémoire, d’écriture, de cuisine, de gym douce, de thérapie par les saveurs, de musique et même des sorties sont organisés pour occuper les seniors. Mais ce ne sont que des propositions, les résidents ont le choix d’y participer ou non, ils conservent leur liberté.

Vivre en maison de retraite

La crainte de la solitude

L’une des principales angoisses des futurs résidents est d’être abandonnés par leurs proches et leurs amis. Or, les visites sont encouragées, et les maisons de retraite sont rarement isolées. Elles se trouvent parfois en centre-ville ou sont faciles d’accès. De plus, la vie en communauté permet de faire de nouvelles rencontres. La maison de retraite n’est donc pas un lieu d’isolement, au contraire.

La peur d’être mal traité

Les maisons de retraite de Montpellier ou d’ailleurs ont parfois mauvaise réputation auprès des seniors comme de leurs proches. À cause du manque de personnel ou de budget, ils craignent de ne pas être suffisamment bien pris en charge.

Or, les Ehpad notamment sont encadrés par des médecins coordinateurs qui veillent à la poursuite des soins dont ont besoin les résidents. Il existe d’ailleurs des unités spécifiques pour les patients atteints de certaines maladies comme Alzheimer.

La vie en communauté peut aussi être un moyen de renouer avec la vie sociale et donc d’entretenir des capacités cognitives qui peuvent avoir tendance à s’amenuiser dans l’isolement.

Haut de page