Psycho

Travail : les risques psychosociaux souvent méconnus

De par des conditions de travail difficiles, un surcroît d’activité ou encore une ambiance dégradée, les risques psychosociaux peuvent concerner n’importe quel membre du personnel. Un salarié aidant, comme un employé en situation de handicap psychique. À la fois mal identifiés et sous-estimés, ils nuisent au bien-être de l’individu et affectent leur capacité de travail. Quels sont-ils ? Comment les anticiper afin de les éviter ?

Les principaux risques psychosociaux

Le travail et l’individu sont étroitement liés lorsqu’on évoque les risques psychosociaux. Les réactions et le comportement de l’employé découlent généralement d’une situation mal gérée ou jugée problématique pour diverses raisons. On peut les identifier par nature, mais par ordre de gravité. Ce critère se fait selon l’appréciation de chaque profil.

  • Les violences externes : tout acte commis par une personne étrangère à l’entreprise et qui se répercute sur le personnel.
  • Les violences internes : sont considérés comme telles, les cas de harcèlement moral et sexuel, ainsi que les conflits hiérarchiques ou entre collègues.

Les conséquences rencontrées chez le personnel

Ces risques psychosociaux peuvent engendrer un stress difficilement gérable. Celui-ci découle des obligations de résultat ou d’un sentiment de dépréciation de l’individu. Ne pas résoudre un problème ou le laisser mûrir provoque l’aggravation d’une situation. À terme, un syndrome d’épuisement général peut se manifester et se propager à l’ensemble d’un service ou d’une société.

Le diagnostic RPS, une réponse adaptée pour améliorer l’environnement de travail

Généralement, les risques psychosociaux naissent d’une absence d’indépendance ou d’une incompréhension des demandes émises. Insécurité et exigences professionnelles sont également des contraintes supplémentaires qui entrent en ligne de compte. Afin d’y remédier et de cibler les problématiques, un diagnostic RPS est nécessaire. Par le biais d’une écoute attentive et de mesures adaptées, il est ainsi possible d’inverser la tendance. Tout comme les questionnaires QVT (qualité de vie au travail), ce type d’initiative se fait en amont d’un management participatif.